19 juillet 2010

Petites virilités

Ah, ils sont forts ces sarkozystes ! Alors que la France apprend, médusée, que les enveloppes Bettancourt alimenteraient les campagnes électorales de la droite et du centre, la presse web et papier (ces vilains fascistes, dixit Xavier Bertrand) révèle l'existence des micro-partis. 12 ministres - dont Eric Woerth - sont à la tête d'une petite structure d'influence qui a pour objectif premier de faire rentrer du fric.

micropenis

Petit président cherche érections financières

Bien sûr, les feux de l'actualité ont éclairé celui de Laurent Wauquiez (le nom de ce micro-parti est Nouvel Oxygène, cela ne s'invente pas!), très embarassé d'avoir été pris la main dans le sac à Londres, vous avez sans doute suivi l'histoire. Maintenant il semble avéré qu'en dehors de ces petites manoeuvres ministérielles, existe un obscur groupuscule nommé l'ASANS (Association de Soutien à l'Action de Nicolas Sarkozy), dont le siège se trouve au dominicile de Franck Louvrier, à Neuilly, et qui collecte des fonds parallèles à ceux de l'UMP. Voici comment on arrive à un double financement de candidat! Double? Ne doit-on pas multiplier par 12, désormais? Le système corrompu de Sarkozy éclate au grand jour, dirait-on. Et il serait temps que les français ouvrent les yeux...

_________________________

Lire : Le Monde - Le JDD

 

___

Posté par Advision Julie à 08:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur Petites virilités

    Corruption

    Julie, les Français savent "subconsciemment" que TOUTE leur classe politique baigne dans la corruption, la magouille, la tricherie et l'abus de pouvoir. Pourquoi jouer à chaque fois les naïfs fraîchement déniaisés ?

    Tout le système est générateur de corruption à quelque échelon que ce soit. Seule l'ampleur de cette corruption diffère en fonction de la position du personnage qui l'occupe. Cerains "peuvent" beaucoup, d'autres moins ! S'il reste des hommes intègres, à partir d'un certain niveau, ils sont bien rares.

    Les seuls personnages politiques qui conservent le soutien des Français sont les maires des petites communes, non qu'ils soient toujours plus irréprochables que d'autres, mais le dévouement dont ils font preuve paraît plus concret que celui d'un député ou, a fortiori, d'un sénateur.

    Je pense qu'au fond, les Français préfèrent ignorer l'ampleur de la corruption de leur régime, comme ils préfèrent fermer les yeux devant sa faillite inéluctable. Ils ont besoin de se bercer d'illusions pour continuer à vivre.

    La politique de l'autruche ...

    Posté par David, 20 juillet 2010 à 07:50 | | Répondre
  • Désillusion

    Je ne crois pas pouvoir seulement accepter comme état de fait que tout milieu possédant un certain pouvoir doit être entacher de corruption pour exister ou bien seulement survivre.

    Naïf, certainement pas. Optimiste, sûrement. Se bercer d'illusion serait une bien belle chose en ces temps perturbés. Je ne parle du pseudo-scandale Woerth-Bettancourt qui finalement n'est qu'un autre scandale de plus sur une liste déjà bien longue.

    Mais d'une réforme inquiétante des retraites, d'une rigueur qui si elle ne s'installe pas au sommet a déjà bien pris pied chez les moins nantis d'entre nous, d'une crise de confiance en nos institutions incapable de proposer des solutions et dans l'opposition qui peine à jouer son rôle de contre-pouvoir.

    Et je pense que la masse populaire est bien loin d'être aussi naïve qu'on veut bien la croire, qu'elle espère que quelque chose/quelqu'un fera enfin changer les choses et que c'est pour çà qu'il y a de l'espoir et que çà vaut donc la peine de vivre.

    Sans compter, mais cela n'engage que moi, que pour bien vivre, il n'est pas essentiel de dépendre d'un état mais plutôt de supporter les personnes qui nous entourent et nous sont chères.

    Mais cela est-il sans doute un peu trop naïf?

    Posté par jonathan, 20 juillet 2010 à 20:43 | | Répondre
Nouveau commentaire