02 août 2010

Le narcissique et les loups

Vous vous souvenez du conte du petit garçon qui criait toujours au loup pour faire semblant d'exister? Sarkozy me semble diriger la France de cette manière.

Ses loups à lui sont les faits divers volatiles qui émeuvent la populace.

Et bien sûr, puisque cet homme est un démagogue de première, il est excité par les faits divers sanglants. Un meurtre de policier lors d'une fusillade de l'ETA (18 mars)? Et vlan,il lui vient l'envie de changer la loi pour réclamer 30 ans de prison incompressibles et systématiques pour les meurtriers de policiers. Une émeute à Grenoble (17 juillet)? Et paf un préfet qui valse et une éructation proposant la déchéance de la nationalité française pour des crimes inacceptables. Une affaire de violence concernant les Roms (18 juillet)? Et hop, un discours programme,  une soif de communautarisme renouvellée.

Certes ces affaires existent, elles révèlent une montée flagrante des insécurités en France.

Dans la tête du petit garçon du conte, le loup existe, lui aussi, et c'est pour s'amuser, pour exercer son pouvoir d'alerte, pour instrumentaliser les adultes, qu'il crie "au loup".

Si le parallèle est si facile, c'est parce que chaque français se rend bien compte que ce qu'adore par dessus tout Nicolas Sarkozy, c'est être au centre de l'actualité, être au centre du sang, fonder le leurre de son existence. Du coup, au lieu d'exercer son devoir de réflexion, de concevoir une lutte rationnelle contre les criminalités, il crie, il vocifère, il échafaude la stratégie du parler vrai anti-système (*). Mieux, il se regarde réagir, amoureux de son courage d'enfant, pitoyable Narcisse.

Un narcissique est souvent un être passif, un homme qui a du mal à agir.

Croire, en effet, que Sarkozy est un homme d'action est sans doute le plus gros contresens qu'on puisse faire sur ce dirigeant politique.

____________

(*) Ghislaine Ottenheimer analyse dans son livre Le sacre de Nicolas, petits et grands secrets d’une victoire paru en mai 2007 au Seuil cette stratégie (qui lui vient de Guaino). «En réalité le stratagème est toujours le même. Lorsqu’il dit « la France, on l’aime ou on la quitte » ou quand il parle « des moutons qu’on égorge dans les baignoires », il fait de la provocation afin de susciter une réaction de la part des médias, de la gauche bien pensante, bref, du microcosme germanopratin si souvent décrié. Ainsi il se repositionne en candidat anti-système. Il apparaît comme l’homme qui parle vrai, qui bouscule. Il fait d’une pierre deux coups. Un clin d’œil à l’électorat du FN, à tous ceux qui en ont marre de voir la France céder à un communautarisme insidieux. Et en même temps, il clive l’opinion, remobilise son camp. «Plus la gauche vocifère, plus on engrange», confie d’ailleurs Henri Guaino». Trois ans plus tard, les mêmes ficelles de candidat animent celui qui aurait du devenir président!

 

___

 



Posté par Advision Julie à 15:25 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Le narcissique et les loups

    S'amuser avec les valeurs

    Ce petit garçon s'amuse avec les valeurs de la République. C'est en effet risible.
    Et cela commence à lasser les plus opposants. Intéressante en effet la phrase de Guaino en note (propos de G.Ottenheimer) car cela peut expliquer pourquoi, dans cette affaire de déchéance de la nationalité française, la gauche soit si peu intervenue (à part quelques grandes voix de sages comme R.Badinter). D'ailleurs il faut remarquer que sur l'affaire Woerth, la gauche est assez mesurée. Nouvelle stratégie? Lassitude de devoir tomber dans les pièges grossiers de cet enfant au pouvoir qui crie au loup? Et si, tout à coup, la parole de Sarkozy ne faisait plus scandale? Si elle devenait totalement inaudible et méprisable? Ce serait peut-être une grande victoire pour la démocratie. Je sais c'est un paradoxe...

    Posté par Konstantin, 03 août 2010 à 16:14 | | Répondre
  • Verbalisme

    Julie, j'adore positivement cette phrase :
    "Une affaire de violence concernant les Roms (...)".

    Pour un peu, on pourrait croire que vos "roms" ont été victimes d'un ignoble acte de violence !

    L'insécurité ne se combat pas avec des mots mais avec des actes. Et il n'est nul besoin d'épiloguer snas fin sur un fait divers (lire Baudrillard à propos de la "culture du fait divers") ! La politique verbeuse n'est jamais avare de mots mais, depuis au moins trente ans, on attend toujours les actes.

    Au-delà de ces épiphénomènes sans grand intérêt, in est amusant de voir combien les politiciens sont empêtrés dans leurs contradictions. C'est presque divertissant.

    Posté par David, 04 août 2010 à 21:59 | | Répondre
  • Ba ver

    Oui en effet, ce président qui s'auto-proclame l'homme le plus réactif de la terre devrait tout simplement... être actif. On a l'impression d'être gouverné par un petit vieux qui ne sait que baver des discours : des mots pour des maux ! C'est nettement insuffisant !

    Posté par Abel, 04 août 2010 à 23:48 | | Répondre
  • Sondages !

    "Un sondage Ifop pour Le Figaro a montré, jeudi, un ample soutien de l'opinion au-delà de l'âge, de la profession, mais aussi des préférences politiques au discours de Grenoble du chef de l'Etat."

    Voilà qui devrait régaler les amoureux et les amoureuses de sondages ...

    Posté par David, 05 août 2010 à 21:22 | | Répondre
  • Il leur en IFOP peu !

    Tiens tiens David, on aime l'opinion publique quand elle semble appuyer vos thèses d'épidermique réac. N'est-ce pas vous qui crachez habituellement sur les sondages? Moi j'adore ça les sondages. Et je trouve que les français ont raison d'adhérer à la démagogie du gosse de l'Elysée puisqu'ils se sentent, à juste titre, plus en danger aujourd'hui qu'hier. Pourquoi cette droite est-elle incapable d'agir, pourquoi empile-t-on des lois inefficaces, pourquoi improvise-t-on des coups au lieu de fonder une politique de fond?... Hélas, les français vont vite se rendre compte - c'est le seul mouvement de fond que je sens - que ce fameux discours de Grenoble n'est qu'un discours de plus. De la com', du vent, du vide. Car, à bien y réfléchir, est-ce qu'on est sûr que Sarkozy agit pour le bien commun? A l'heure de ces petites affaires minables, on peut penser que le clanisme est davantage à l'oeuvre que la puissance de l'état en action.

    PS : j'écris parfois bien vite. Je corrige. Il fallait comprendre : "une affaire de violence mettant en cause des Roms"

    Posté par Julie, 05 août 2010 à 23:10 | | Répondre
  • Accord parfait

    Je suis parfaitement d'accord avec vous sur ce point Julie.

    Vous vous rendez compte ! Je suis D'ACCORD avec vous !

    Cela mérite qu'on s'embrasse, non ?

    En revanche, je conserve mon opinion sur les sondages. Mais, nul n'est parfait !

    Posté par David, 06 août 2010 à 07:36 | | Répondre
Nouveau commentaire