02 juillet 2010

Le Woerth est dans le fruit

Je n'ai pas suivi tous les rebondissements de l'Affaire Bettencourt - Woerth, mais il me semble qu'elle est fortement symbolique de cette gouvernance de petits coups en dessous que le sarkozysme porte en lui.

Petits coups ou grosses coupures? Telle est peut-être la question pour qui se rend compte que Dame Bettancourt arrose l'UMP de ses billets de banque et que, première fortune de France donc normalement exemplaire, Dame Bettencourt n'a pas connu l'ombre d'un contrôle fiscal depuis 15 ans. Etonnant manque de vigilance... de ses amis.

Le sarkozysme va au-delà de la personne sans intérêt du président. Le sarkozysme c'est un chiraquisme à la puissance 10, une manière de se comporter qui a pour pilier le vieux Pasqua et le clanisme des Balkany. Sarkozy, c'est un homme qui voulait se penser, parce que ça fait bien, et avec forfanterie, comme l'homme de la rupture et de la transparence. Aujourd'hui piégé par le marécage de ce système qui fait de Woerth un otage du grand capital (je m'amuse à parler comme les journalistes de l'Huma, de temps en temps ça me prend et c'est assez délicieux), le pauvre Sarkozy s'enferme dans l'image idiote des premières heures de son quinquennat invraisemblable : il est l'homme du Fouquet's.

Il y a peu, j'expliquais à l'un de mes amis prof que débuter une analyse avec un nouveau patient (certains de mes lecteurs vont apprendre que je fais semblant quotidiennement d'être psy) se fondait souvent sur les premiers échanges et qu'il ne fallait pas les rater, symboliquement. Il faut en effet que j'installe qui je suis pour que s'accepte la libération d'une parole entretenue. Mon ami prof confirma que c'est la première heure de cours qui, symboliquement, tisse ou dénude le lien, face à un groupe.

Sarkozy, c'est un prof qui, trop content de l'être, fait claquer ses bretelles de petit bourgeois du savoir et devient con à force de montrer, au Fouquet's, une puissance qui ne lui appartient pas, une puissance concoctée à Neuilly par des barbouzes de la politique alors qu'elle devrait se fonder sur une envie de communiquer, de donner la main, de se donner les moyens d'incarner l'état. Et Woerth, - pauvre Woerth! - c'est somme toute un appariteur naïf, né pour servir son maître, et qui se trouve tout étonné de voir que ce qu'il accepte naturellement n'est pas accepté par tout le monde.

_ric_Woerth2

UMP : Unanimement Manipulé par le Président

Je pense que cette affaire Eric Woerth - n'oublions pas aussi Madame - signe la fin d'une ré-élection possible de Nicolas Sarkozy.

Innocent ou coupable, Woerth est devenu le second symbole de ce quinquennat affligeant. Or un symbole, comme disait l'autre, on l'aime ou on le quitte !

 

___

Posté par Advision Julie à 20:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur Le Woerth est dans le fruit

Nouveau commentaire