07 juin 2010

Hortefeux : croire le vide ou croire le plein?

Ils sont amusants les défenseurs de Brice Hortefeux (ministre de la République condamné pour injures raciales depuis peu) en affirmant tous, la main sur le coeur : je connais Brice, c'est un mauvais coup, Brice n'est pas raciste, c'est même le contraire d'un raciste, etc etc... Moi je veux bien. Mais quelle preuve apportent-ils de leur croyance généreuse... et vide? Nous, hommes et femmes appartenant au simple peuple, ce peuple happé par la parole exemplaire et sublime de nos dirigeants, nous croyons bêtement ce que nous entendons. C'est fou cette propension que nous avons à croire la parole de nos chefs,ça frise même le ridicule de se fier, nous le peuple, au message de notre bien aimé gouvernement !

Brice_Hortefeux_pics_390

Casssssséééé

Alors moi, quand Hortefeux dit, en parlant des auvergnats de type arabe : "Quand il y en a un ça va, c'est quand il y en a plusieurs qu'il ya des problèmes", je le crois Brice. Moi aussi je suis raciste, Brice. Tellement contente d'être raciste, Brice. Tu as raison, Brice. Tu ouvres la bouche et tu as raison, Brice. Tu as raison parce que tu es ministre, Brice. Tu es la parole de la Nation, de la République, de la France, Brice. Tu te rends compte?

___

Posté par Advision Julie à 21:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Hortefeux : croire le vide ou croire le plein?

    surfitude

    mention spéciale à la légende de la photo.
    un bon petit fou rire au travail!

    Amitié

    jonathan qui surfe chez julie au trail

    Posté par jonathan, 07 juin 2010 à 23:42 | | Répondre
  • Les racistes, même quand il n'y en a qu'un, il y a problème !

    Sarkozy peut-il le conserver dans son gouvernement ? C'est la question-débat vue sur Pnyx.com La vraie question n'est pas "Devrait-il démissionner ?" mais, "Le Président de la République, garant des Institutions, peut-il compromettre l'honneur de celles-ci en conservant en leur sein un Ministre condamné en correctionnelle pour injure raciale ?"

    Il y en a bien-sûr qui diront qu'il n'est pas encore "définitivement" condamné, etc … rappelons-nous il y a encore quelques années, la démission, en fait l'éviction, intervenait dès qu'un membre du gouvernement était mis en cause dans une procédure, puis c'est devenu lorsque l'instruction aboutissait à sa mise en examen (au-moins un an de gagné), ensuite s'il faisait l'objet d'une condamnation en première instance (au-moins deux ans de gagnés), maintenant on sous-entend que ce sera s'il est condamné en appel, sans que ce soit même clairement dit (au-moins 3 ans de gagnés), puis demain ce sera si la cassation rejette son pourvoi (au-moins 5 ans de gagnés) et pourquoi-pas en fonction d'une décision de la Cour Européenne (au-moins 8 ans de gagnés) … bananes, bananes, ça pousse ...

    Posté par OrangeOrange, 08 juin 2010 à 15:39 | | Répondre
Nouveau commentaire