30 avril 2010

Bertrand Delanoé signe une réflexion sur la vie gay à propos de la mort de Jean Le Bitoux

Je me permets de relayer, sans commentaire, l'article suivant (23/04/2010) dont j'aime le dernier paragraphe.

 

Un militant de l'égalité et du respect est mort. Jean Le Bitoux, qui fut, avec Michel Foucault, l’un des inspirateurs du journal Gai Pied, vient de quitter ce monde qu’il aura tellement travaillé à changer. Témoin des années radicales, qui ont vu de courageux pionniers défier une société figée, il aura, en particulier par son travail de mémoire, accompagné un mouvement profond de la conscience de notre pays.
Quand une cause perd l’un de ses plus ardents défenseurs, c’est le moment de faire un point d’étape, de mesurer les avancées, le terrain conquis, peut-être le terrain perdu, l’histoire qui est faite et celle qui reste à faire.
Et la vérité, c’est que beaucoup reste à faire. Songeons à ces pays, si nombreux, où l’homosexualité est toujours considérée comme un crime, puni de mort, à ces jeunes pendus en Iran, ou décapités en Arabie saoudite, coupables d’être ce qu’ils sont. Rappelons-nous aussi qu’en Russie, en 2010, tout rassemblement homosexuel est encore interdit.
Mais sans aller si loin, voyons où en est la France : on peut se demander si nous ne sommes pas entrés dans une triste période de régression silencieuse. Il y a quelques semaines, de jeunes homosexuels ont été frappés, en pleine rue, au cœur du quartier du Marais, à Paris. Voici quelques jours, sur le parvis de Notre-Dame, des couples ont été violemment pris à partie parce qu’ils avaient osé s’embrasser. Plus récemment encore, dans notre ville, les locaux d’une association de lutte contre l’homophobie ont été vandalisés. Dans l’Essonne, c’est un couple de jeunes femmes qui est obligé de déménager pour échapper aux insultes et aux outrages de ses voisins. Et la presse de ce matin rapporte cet acte d’une incroyable barbarie commis il y a un an dans la Nièvre : deux homosexuels ligotés, bâillonnés et enterrés vivants au bord de la Loire… Cette liste est longue, propre à lasser l’attention d’un lecteur pressé. Elle pourrait être plus longue. Mais elle aurait pu aussi être tellement plus courte….
Tout se passe comme si une nouvelle chape de plomb descendait, lentement, inexorablement, avec la morgue des intolérances sûres d’elles-mêmes et de leur histoire. Parfois, ce sont les religions qui y contribuent, en sacralisant des normes ou en alimentant des amalgames : il y a quelques jours, le porte parole du Vatican établissait ainsi, du haut de l’autorité morale qu’il exerce sur plus d’un milliard d’êtres humains, un lien entre homosexualité et pédophilie. Cette somme de méconnaissance, d’ignorance, de ressentiments et de préjugés, pèse lourd, et en profondeur, sur nos sociétés fatiguées. Des esprits trop faibles ou trop dociles peuvent être perméables aux discours de la haine : Jean-Marie Périer, dans un livre bouleversant publié cette année, évoquait la détresse de ces adolescents chassés de chez eux par leurs parents, pour la seule raison qu’ils sont homosexuels.
Au nom de ces enfants humiliés, travaillons à construire une société où ils aient leur place. Les homosexuels ont été confrontés à toutes les souffrances du rejet, de la peur, de la honte, du secret. Ils ont traversé – et traversent encore- des épreuves inouïes, notamment celle du sida, qui les a touchés violemment, au moment précis où ils avaient cru avoir enfin, et à quel prix, conquis le droit à une certaine insouciance. Ils ont droit, aujourd’hui, à la liberté d’être.
C’est Jean-Louis Bory, cet éclaireur des luttes pour l’égalité, qui déclarait en 1979: « Tout ce que je demande, c’est que vous me laissiez vivre. Parce que je représente une part extrêmement vivante de la vie… »
Une société est faite de différences. Et son degré de civilisation se mesure à sa capacité de regarder ces différences avec indifférence. Nous en sommes encore loin.


Cet article est emprunté au blog du Maire de Paris : bertranddelanoe.net

 

___

Commentaires sur Bertrand Delanoé signe une réflexion sur la vie gay à propos de la mort de Jean Le Bitoux

    Sur cette phrase: "Une société est faite de différences. Et son degré de civilisation se mesure à sa capacité de regarder ces différences avec indifférence." Je réagis! On n'est pas différent car on est homo! Et pas non plus si on est black, beurre, asiatique, maghrébin, hindou, indien, inuit ou tout ce que tu veux...

    La différence qui n’est pas, ne mérite que l’indifférence. Ce qui compte c’est d’être. Etre humain, c’est déjà assez difficile à faire!

    @++
    Sousou - Hétéro clito

    Posté par Sousou, 01 mai 2010 à 20:00 | | Répondre
  • on est différent!

    On est différent parce qu'on est homo, black, beur, asiatique etc... mais aussi parce qu'on est tout cela à la fois. Nous sommes métissés, pluriels, compliqués, inclassables en quelque sorte.
    On est tous différents car on n'appartient pas à la norme. Pourquoi? Parce que la norme est un principe désuet qui n'existe que dans les petits esprits qui ont besoin de réduire le monde qui les entourent pour le comprendre. La norme rassurerait certains!
    Diantre! Elle me fait peur. Je ne veux pas être semblable aux autres, et je ne souhaite à personne de me ressembler.

    J'aime à me penser comme un explorateur des milliards de petits univers que constituent mes semblables, un voyageur qui par le biais des émotions franchit les barrières et découvrent ce qui justement est nouveaux, à chaque fois, différent.

    PS: Merci à Bertrand Delanoé pour ce bel hommage!

    Posté par jonathan, 03 mai 2010 à 21:59 | | Répondre
Nouveau commentaire