22 octobre 2009

Eric Besson : mensonge par ambition

Éric Besson ressemble à l'ordure sympathique des cages d'escalier qui a pour posture de flatter, de se parer du droit reconnu de construire son offense (Vous savez, Madame Michu, ils ont fait du bruit toute la nuit ces salopards! Je comprends qu'en tant que concierge vous soyez impuissante, mais tout le monde souffre, et moi le premier), et qui recherche, sur le palier, le bonjour veule des petits. Certes, il rêve, en sous-main, d'être plus glorieux que la  minable des ombres qu'il traîne derrière lui, c'est-à-dire celle de tout un chacun. Mais c'est un long chemin semé de serpillères...

Sa cage d'escalier, c'est le gouvernement mais aussi, pauvres de nous, la France! Ses désirs de gloire le poussent à espérer un jour d'être premier ministre. Et pour être premier ministre, il faut plaire à Petit Garçon (chef d'état, 3 épouses, un malaise vagal) car nous vivons au temps des bassesses courtisanes et des moralités aléatoires. Si je dis qu'Éric Besson peut paraître sympathique, c'est qu'il a en lui quelque chose de nous tous : un excès délirant et posé qui lui sert d'ambition, un orgueil qui le rend, pourtant, complexé, une admiration pour la réussite qui ne l'amuse pas. Il est sinistre mais jovial, il est poli mais aime baisser la tête, surtout il dit à Madame Michu ce qu'il croit que pense Madame Michu. Et il veut expulser ses voisins. Il a horreur du bruit.

_ric_Besson

C'est faux ! Europe 1 est une radio de gauchistes !


Hier fut un grand jour pour sa majesté Éric Besson, ministre de cage d'escalier. Il a réussi à virer ses voisins les Afghans qui faisaient du bruit. Hein, Madame Michu, on les a eu! Oh, pardon, Madame Michu, j'ai un texto du Président qui me remercie, je veux le savourer seul. J'aime ma tranquillité... Ah, au fait, Madame Michu, vous qui êtes la madone de l'eau de javel, je voulais vous dire, il y a une drôle d'ombre qui me suit ici et là, une ombre sale qui emboîte mon pas, pouvez-vous faire quelque chose?

Le texto du Président fut décevant. Car Petit Garçon (chef d'état, 3 épouses, un malaise vagal) l'engueulait. Il avait écouté Europe 1. Il avait découvert que son ministre Éric Besson avait permis la reconduite à la frontière d'un pays en guerre (oh la belle morale!), non pas de jeunes afghans qui auraient pu échapper aux Talibans et aux horreurs de la répression puisque natifs de Kaboul (la capitale est plus préservée), mais trois êtres humains qui risquent leur vie. Europe 1, après enquête, fait état du constat du général Mohammad Omar Ayar, vice-ministre aux réfugiés et au rapatriement, qui déclare : "L’un vient de la province de Paktia, l’autre de Baghlan, le dernier de Parwan".

Après l'affaire Mitterrand et l'affaire Jeannot Lapin Sarkozy, l'affaire Besson débuterait-elle pour faire ricaner (de peur) le peuple?

Éric Besson, le pas lourd et le regard près du carrelage, peine à atteindre son appartement de ministre sinistre. Il a une sorte de nausée sartrienne. Il avait tellement voulu croire en lui, en sa bonne étoile de cage d'escalier ! Il est fourbu, vanné, lessivé. Il ne pense pas une seule seconde aux trois afghans, ses voisins, naguère bruyants, il ne pense pas un instant que la flatterie et l'absence de morale politique conduisent à mentir. Il pense à Madame Michu qui va le trouver médiocre. Il ne sait pas que des millions de français le trouvent pire que médiocre : odieux.


Source : Exclusivité Europe 1


Julie

Commentaires sur Eric Besson : mensonge par ambition

    BRAVO !

    Posté par serpico, 23 octobre 2009 à 10:02 | | Répondre
  • Habillé pour l'hiver... C'est, comme dans la chanson de Dutronc, un opportuniste...

    Posté par grellety, 23 octobre 2009 à 20:01 | | Répondre
  • Sur le fond

    Besson appartient à un gouvernement berlusconien qui est celui de la France (hélas): tout passe par l'image et la com'. Ces pauvres afghans qui risquent leur vie sont victimes du cynisme et de la désinvolture de cette droite sans âme. Pour essayer de prendre un point de comparaison, il ya 25 ans, personne (et surtout pas le gouvernement de droite de l'époque) n'aurait osé être inhumains en expulsant les Chiliens qui demandaient à la France un asile. Sarkozy et Besson invente la décadence de la civilisation. Et je ne prends ici aucunement le point de vue droit-de-l'hommiste que je méprise souvent...

    Posté par PomPomGousse, 24 octobre 2009 à 14:32 | | Répondre
Nouveau commentaire