18 septembre 2009

les 10 commandements pour entrer dans le merveilleux moule de Facebook

De temps en temps je fréquente Facebook. Je n'y lis jamais rien d'intéressant. J'y lis seulement quelques meuglements adolescents, même si ces meuglements proviennent d'adultes chenus. On y partage des petits faits privés, des photos de vacances, des affirmations sans suite, on crée des groupes pseudo-communautaires pour exciter un plaisir d'exister caché dans une proximité quasi aléatoire. Pour tout vous dire, je préfère à ces mégalomanies sans esprit la fréquentation autrement plus vivante des bistrots de mon quartier : là se trouve la verve, là se trouve le peuple, là on dégoise, on invente, on se tape sur l'épaule, on vit.

Toute institution sociale - et Facebook n'échappe pas à la règle - crée des codes, mieux des signes. Étudions-les à partir d'un cas d'école: Je m'appelle Jérémy, j'ai 15 ans, je veux créer ma page, que dois-je savoir? Eh bien, jeune boutonneux en mal d'ami, maman Julie est là pour toi. Elle te propose les 10 commandements pour entrer dans le merveilleux moule de Facebook.


face_book
Sur Facebook, je me livre

1 - Tu n'auras de cesse d'écrire de courtes fulgurances du genre : Putain, marre de la vie. Et tu verras qu'ainsi tu susciteras l'intérêt. On te répondra : Ouais, grave.

2 - Tu essaieras le plus possible de rédiger tes messages en anglais pour avoir l'air hyper international. Mais attention, pas dans un anglais correct. L'anglais que tu devras pratiquer doit ressembler à un vomi de hooligan dans un bus en direction de Manchester. Fais des fautes s'il te plait sinon c'est la te-hon !

3 - Tu emploieras l'allusion. Il faut qu'autour de toi un vrai mystère se fonde. Tes amis te posteront, en guise de réponse, des points d'interrogation inquiets, ce qui fait plaisir.

4 - Tu publieras des photos de toi mais attention, un certain type de photos seulement : on doit te voir collé et/ou enlacé à tes meilleurs potes et tu devras immanquablement montrer que tu es heureux en pointant plusieurs index devant l'objectif.

5 - Si tu t'en sens capable, un autre type de photos est bienvenu sur Facebook : celles qui te montrent le plus à poil possible, histoire de faire réagir les meufs et les pédés-du cul, histoire de tester en toi l'universel désir...

6 - Tu auras la religion du nombre : si en 15 jours tu n'as pas fait entrer dans ta petite boîte étroite au moins 200 amis, c'est vraiment que t'es un pauvre type.

7 - Tu posteras des vidéos culte parce que tu aimes partager tes émotions. Choisis-les bien. Un extrait du concert de David Fray jouant Bach, c'est nul. Une vieille vidéo de Jackass, c'est mieux. Le plus tendance, c'est de se la jouer "décalé" : la mort récente du Filip des 2Be3 devrait te donner des idées...

8 - Tu t'amuseras à faire des tests pour avoir des réponses existentielles que tu pourras exploiter plus tard en cours de philo. Les petites applications de Facebook te permettront de savoir : Quel personnage de Plus belle la vie es-tu?... et pourquoi?

9 - Tu montreras à toute la France que tu as des goûts de chiotte. Ainsi deviendras-tu fan de Coca-Cola, du nouvel I-Phone et de DisneyLand comme tout le monde. Tu auras à cœur de devenir un prototype, comme dirait Brice Hortefeux.

10 - Tu feras attention de ne pas dire à tes parents que tu es sur Facebook car ces crétins sont capables de vouloir devenir amis avec toi. Une vraie faute de goût.

Mais Jérémy, sache aussi que Facebook devient un truc de vieux. La preuve: Nicolas Sarkozy s'en sert pour avoir l'air jeune!

Julie

Posté par Advision Julie à 08:47 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Commentaires sur les 10 commandements pour entrer dans le merveilleux moule de Facebook

    Génial

    Ce texte est un bijou d'observation. Tous les ados autour de moi font ça. J'ai beaucoup ri de votre analyse quasi sociologique, Julie. Bravo !

    Posté par konstantin, 18 septembre 2009 à 09:07 | | Répondre
  • Question d'utilité

    Je n'ai toujours pas compris à quoi servait Facebook ? Quelqu'un pourrait-il m'éclairer ? Car au-delà des boutonneux plus ou moins pubères, ce lieu de l'exacerbation du moi attire manifestement des internautes plus sérieux. Moi, je n'accroche pas. Est-ce une question générationnelle ? Je suis inquiet ! Il me semble regarder Facebook avec le regard que pose un cul-de-jatte centenaire sur un i-phone. Tournerais-je vieux con ?

    Posté par David, 18 septembre 2009 à 22:30 | | Répondre
  • Encore plus bas

    Bien vu, mais il existe encore mieux que facebook pour qui veut s'adonner à l'analyse socioculturelle du jeune d'aujourd'hui : le skyblog! Un petit tour dans ce monde merveilleux et l'inspiration coule de source!

    Posté par Jeanvalery, 09 octobre 2009 à 11:43 | | Répondre
  • Ciel mon Skyblog !

    Ah oui, ça c'est un monde à part. Le ciel est très terre à terre, pas vrai?

    Posté par Julie, 09 octobre 2009 à 21:44 | | Répondre
Nouveau commentaire