31 août 2009

Fadaise vagale

Depuis avril (fut-il pénible le silence monacal de votre Julie adorée?), que s'est-il passé en France? Personne ne se souvient qu'on a connu un remaniement ministériel tant cela fut neutre et sans conséquence, personne ne se soucie plus de la pseudo-hégémonie des Verts aux Européennes, de même on se contrebalance des futures primaires ouvertes et réclamées du PS, mieux, on juge inconsistantes les rodomontades de Sarkozy devant les banquiers : parole, parole, parole... Bref, en quelques mois, la France n'a pas bougé. C'est comme si les Français se disaient devant ces fadaises : ça passera.

Pourtant, deux tsunamis ont traversé le pays. Énormes. Deux vagues de rire. Deux sketchs inénarrables, deux  amuse-gueule devant l'apéro en plein camping, bref, un étouffement général.

Le premier fut un malaise vagal. Petit garçon faisait son jogging. Mais Petit garçon ne savait pas qu'il est dangereux à 54 ans de courir en pleine canicule. Petit garçon pas prévenu par Maman Carlitta. Petit garçon fut à l'hosto. Puis Petit garçon fut au Cap Nègre pour reposer son corps de vieux. Parole : on a beaucoup ri, dans les campings, de ce malaise vagal. Hé, Maurice, moi quand je tombe en plein soleil, c'est à cause du pastis !

minus_cabu
Copyright Cabu
(Canard Enchaîné, 12 août 2009)

Le second éclat de rire a pour nom Frédéric Lefebvre. Celui que le Nouvel Obs ose traiter de "bug". Lui, il n'a pas besoin de courir, il lui suffit de parler. Il est si con qu'à lui tout seul il pourrait faire toutes les répliques d'un Michel Audiard. Malgré ce handicap, et parce que copain avec Petit garçon, Petit Lefebvre rêve d'être ministre. Avant (ou pendant?) le malaise vagal, Petit garçon avait vaguement promis à Petit Lefebvre qu'il serait au moins sous-secrétaire d'état. Sorti du coma, en plein Cap Nègre, Petit garçon a entendu dire que cela ferait mauvais effet d'exploser le nombre des ministres : 43 ministres, on aurait jamais vu ça sous la Ve République! Encore moins en temps de crise! Du coup, Petit garçon a dit à Petit Lefebvre : va chier. Et, dans les campings, on a pu rire à cette fin de non-recevoir qui callottait le beau parleur des films de Monsieur Audiard.

Voulez-vous que je vous dise? Petit garçon progresse !

Julie

Posté par Advision Julie à 21:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur Fadaise vagale

    C'est un retour en forme ! Du grand Julie !

    Posté par OlivierAutissier, 31 août 2009 à 23:13 | | Répondre
  • Coeur de chamallows

    Cet épisode inexplicable (à qui viendrait-il à l'idée de faire une heure de course à pied sous un soleil de plomb en plein mois de juillet ?) me paraît relever d'un incident banal, savamment exploité par les "communicants" de l'Elysée. Les Français adorent s'apitoyer sur les bobos de leurs dirigeants. Leur coeur a la consistance de ces bonbons infects que dans ma jeunesse nous appelions "chamallows".

    Posté par David, 31 août 2009 à 23:36 | | Répondre
  • Je suis contente de vous retrouver. Contente aussi que vous soyez toujours de goche.
    J'ai crains le pire de votre silence. Y compris, dans les plus effroyables moments, qu'ILS vous aient aussi retournée...

    Posté par anita, 01 septembre 2009 à 16:02 | | Répondre
  • Oh Anita ! Moi, me retourner? Mais je ne me retourne que devant le passage d'une jolie brune au regard sirupeux et à la démarche altière !

    Posté par Julie, 01 septembre 2009 à 19:05 | | Répondre
Nouveau commentaire